A Woman After a Killer Butterfly

A Woman After a Killer Butterfly ★★★★

Défi de juin et juillet 2021 : cinéma de Corée du Sud

Je m'essaie à résumer ce film complètement coucou en un seul paragraphe (léger divulgâchage) :

Après avoir subi une tentative d'empoisonnement alors qu'il chassait les papillons, puis l'intrusion agressante d'un vendeur de livres itinérant très déterminé et potentiellement immortel, un étudiant en archéologie aux propensions suicidaires développe une relation avec la réincarnation d'une femme âgée de 2000 ans qui a besoin de manger du foie humain, avant d'être plongé dans les affaires louches d'un archéologue qui reçoit de mystérieuses livraisons de crânes humains en lien avec ses recherches portant sur un chaînon particulier de l'évolution, ceci sans compter que la fille de l'archéologue semble elle aussi avoir de sombres desseins qui ont à voir avec les papillons.

Et encore, ce n'est qu'un aperçu du délire royal qui ponctue cet autre ovni confondant signé Kim Ki-Young, dans lequel on ne sait jamais trop si on s'est embarqué dans une farce grotesque et macabre, un pur film de série B complètement tordu et prêt à présenter en séance de minuit, ou une allégorie onirique de haut niveau sur les pulsions de vie et de mort. Toute une découverte, le Kim Ki-young des années 1970.

Marc-André liked these reviews